tristesse en mai

Standard

It’s May and what better way to start the month than to lie? I am only including the original of this particular poem – I don’t have a translation (can’t find an already-done one and don’t have time to come up with a plausible/satisfactory translation myself right now). But I still couldn’t resist sharing it, wanting to expand the range of poetic voices included here.

Tristesse en mai
Léopold Sédar Senghor
C’est la douceur fondue du soir
transparent vers dix-sept heures au mois de mai.
Et monte le parfum des roses.
Comme pièces de monnaie au fond de l’eau en zigzaguant
tombe le compte lourd de ma journée.

Des cris—qui sait si c’est de haine ?—
Des mots de fronde sur des visages d’adolescents.
Poussière et dos ruisselants, enthousiasmes, essoufflements.
Des enveloppes douloureuses avec paysages de baobabs,
corvées en file indienne et charognards sur fond d’azur.
Bien des confidences encore.
Et pour relever mes épaules,
pour donner le courage d’un sourire à mes lèvres défaites,
pas un rire d’enfants fusant comme bouquet de bambous,
pas une jeune femme à la peau fraîche, puis douce et chaude,
pas un livre pour accompagner la solitude du soir,
pas même un livre !

Photo by Shreekar P on Unsplash

Leave a Reply